Scaler Bitcoin avec les Starks ? Conférence Starknet CC

bitcoin stark starknet CC

Cet article reprend les grandes idées de la table ronde « Scaling Bitcoin with STARKS ? » tenue durant la conférence Starknet CC à Paris, le 22 juillet 2022.

Listes des conférenciers de cette table ronde :

Abdel : StarkNet Ecosystem Lead chez StarkWare, et ancien Core développeur Ethereum à l’origine de l’EIP 1559.

Fanis Michalakis : Spécialiste du Lightning Network, travaille chez LNMarket (plateforme de trading de produits dérivés Bitcoin sur Lightning Network).

Tarik : Travaille chez OnlyDust, plateforme de l’écosystème StarkNet.

Gilles Cadignan : CEO de Woleet, a la réputation d’être un farouche Bitcoin Maximalist.

Louis Guthmann (Modérateur) : Ecosystem Lead chez StarkWare.

Les caractéristiques du L1 de settlement idéal : BTC vs ETH.

Selon Gilles, l’objectif premier de Bitcoin est d’échanger de la valeur sur internet. Bitcoin est un protocole qui s’ossifie dans le temps grâce à sa politique conservatrice, tandis qu’Ethereum fait face à de nombreux hard forks. L’objectif premier d’un protocole de layer 1 serait la stabilité et la compatibilité entre les versions.

Pour Abdel, un Layer 1 doit être opérationnel sans coupure et être résistant à la censure. Cela fait théoriquement de Bitcoin le meilleur settlement layer, mais contrairement à Ethereum, il n’est pas fait pour cela aujourd’hui. Solana est disqualifié à cause du manque de stabilité de son réseau.

Abdel évoquera plus tard deux sujets problématiques à long terme sur Bitcoin : les faibles niveaux de fees et la non-résistance aux ordinateurs quantiques. Les STARKS pourraient, selon lui, aider à résoudre ces problèmes.

Gilles ironise alors sur le fait que les altcoiners se soucient beaucoup des problèmes futurs du Bitcoin, alors qu’ils sous-estiment les problèmes actuels de leur cryptomonnaie. Gilles préfère se concentrer sur les problèmes actuels et attend que les problèmes futurs se confirment pour les gérer. Il recommande aux utilisateurs d’Ethereum de traiter leurs problèmes actuels.

La différence de mentalité entre construire sur BTC et sur ETH :

Gilles rappelle qu’au début d’Ethereum, il était question de tout faire on-chain. La vision des différents Layers a toujours été présente sur Bitcoin. Exécuter off-chain et vérifier on-chain est bien la meilleure façon de scaler pour Ethereum et Starknet, selon lui.

Gilles souligne un problème de « time-preference » chez les altcoiners. En tant que bitcoiner, il préfère « Fix the monney first », et rappelle qu’il y a encore du travail de ce côté-là. Un protocole monétaire ne pourrait pas se développer rapidement et il faudrait se concentrer sur la fonction de « Streaming of value ». Nous verrons le reste ensuite. Plus tard dans la table ronde, Abdel et Tarik affirmeront être d’accord avec la mentalité « Fix the Money first ».

À la fin de la discussion, Tarik développe sa vision de complémentarité entre Bitcoin et Ethereum. L’un résoudrait des problèmes monétaires tandis que l’autre permettrait d’exécuter des programmes. Il faudrait mixer l’usage des deux dans la mesure où ils développent des idées interconnectées. Un moyen d’échanger de la monnaie de façon sécurisée et de développer un nouveau système financier.

Qu’est-ce qui caractérise un bon L2 ?

Selon Gilles, les L2 sous forme de sidechain se sont vite développées sur Bitcoin, mais ont connu très peu d’adoption. RSK est une sidechain Bitcoin EVM compatible, mais que personne n’utilise. La Sidechain Liquid n’a pas encore trouvé son public et reste très peu utilisée. Gilles rappelle alors que le Lightning Network n’est pas une sidechain, mais un protocole « permission less ». Lightning serait alors le seul véritable protocole de layer 2, comparable au protocole TCP qui serait un layer 2 du protocole IP. Selon cette vision, Ethereum n’aurait pas de réel protocole de Layer 2.

Pour Louis, les L2 doivent davantage s’axer sur la « Selfcustody » que sur l’aspect « Permission Less ». Il accepte d’utiliser un L2 centralisé s’il a les garanties de pouvoir être maître de ses fonds en cas de problème.

Gilles répond alors que selon cette vision, les L2 dépendent des compagnies qui les développent et que ces derniers ne le feront pas exactement de la même façon. Il faut, selon lui, développer un protocole constitué d’un ensemble de règles implémentables par n’importe qui. Lightning serait un bon Layer 2 dans la mesure où il apporte de la scabilité à bas coûts et se concentre sur la monnaie.

Peut-on modifier Bitcoin pour construire des L2 par-dessus ?

Abdel affirme que des changements du protocole Bitcoin Core seraient nécessaires pour développer des L2 performants.

Fanis lui répond qu’il serait question d’un Soft fork et écarte immédiatement la voie du Hard fork. Selon lui, il faudrait avoir derrière soi un large soutien des « Plebs » (bitcoiners) au travers de la mailing-list des développeurs et des réseaux sociaux comme Twitter. Fanis rappelle qu’il n’y a pas de vote sur Bitcoin, mais que les utilisateurs doivent signaler leur adhésion. Sans support des bitcoiners, pas de « proposal ».

Gilles ajoute qu’obtenir un consensus entre les développeurs de Bitcoin est très difficile et il recommande de ne pas envisager de modifier le protocole de base. Obtenir un consensus nécessite un pouvoir politique et médiatique.

Pourrait-on avoir de la DeFi comme Aave sur Bitcoin ?

Fanis répond à cette question de Louis en affirmant que Aave serait possible sur Bitcoin, mais construit d’une façon différente. Fanis tempère cependant son propos en alléguant qu’il n’est pas certain que cela intéresserait les bitcoiners. Le problème serait davantage philosophique que technique.

Starknet sur Bitcoin serait-il un Layer 2 plus élégant que RGB et LN ?

Abdel et Gilles conviennent qu’ils sont tous les deux sceptiques concernant le layer 2 RGB. Abdel pense que cette solution mettra trop de temps avant d’être opérationnelle et suggère de s’orienter plutôt vers StarkNet. Il s’agit d’une solution déjà « live » alors qu’il n’existe pas de proof of concept pour RGB, qui sortira directement en « final release ». Les STARKS seraient, selon lui, une voie intéressante à explorer pour permettre l’hyper-scaling de Bitcoin. Ce dernier trouve par ailleurs les ZK-Rollups beaucoup plus purs et élégants que le Lightning Network.

Gilles émet alors l’hypothèse d’allier les deux pour obtenir une solution puissante. Abdel acquiesce et dit qu’il faudra trouver une manière élégante de les associer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.